Termes de reference pour la protection de 1400ha de berges de riviere et tetes de sources des rivrieres

Partagez et envoyez cette annonce à vos amis !

TERMES DE REFERENCE  

PROTECTION DE 1400 HA DE BERGES DE RIVIERE ET TETES DE SOURCES DES RIVRIERES  

I.  Information sur la mission

Service attendu : Protection et Mise en défens de 1 400 ha de berges de rivières et de têtes de sources d’eau.

Zone d’intervention :         

ZONE NORD-OUEST : Préfectures de Koubia, Niara (CR de Gadha Woundou), et  Mali, Fodéa  (CR de Balaki) et leurs villages environnants;

ZONE CENTRALE : Préfectures de Tougué, koulifakara et Laafaboubè (CR Kouratongo), Dounkita (CR de Fello Koundoua), Balabori (CR de Kollet) et leurs villages environnants;

ZONE NORD-EST : Préfecture de Siguiri, Dibia (CR de Naboun), Koudédi (CR de Franwalia), Kakama (CR de Siguirini) Djelikourou (CR de Niagassola) et leurs villages environnants.

Voir de tableau de repartition par lot en annexe  

Date estimative de démarrage de la mission : juin 2022

Date limite de dépôt des offres : 15 juin 2022

Durée de la mission : Six (6) mois

 

II. Contexte et Objectif 

La République de Guinée abrite la source de quatre principaux fleuves d’Afrique de l’Ouest dont le Bafing (fleuve Sénégal) et la Falémé, sur lesquels sont prévus la réalisation de deux barrages hydro-électriques : Koukoutamba (Tougué), Bouréya (Dinguiraye) avec l’OMVS et le lac du barrage de Sambagallo avec l’OMVG. Les bassins versants du Bafing, de la Falémé et de la Gambie hébergent la plus grande population de chimpanzés en Afrique occidentale avec un sous-sol très riche en ressources minières (or, bauxite, calcaire, …). Ces bassins possèdent également des atouts considérables pour le secteur du tourisme comme la culture, l’art, le paysage, la flore et la faune sauvages. Le développement d’un tourisme durable transfrontalier pourrait offrir une opportunité de contribuer à la mutation vers une économie verte et de tirer des bénéfices socio-économiques des avantages de la

 

biodiversité.

Malgré toutes ces potentialités, la plupart des communautés de ces bassins restent pauvres et luttent pour sortir du cycle de la pauvreté, freiner l’émigration des jeunes en quête d’une vie meilleure et se soustraire d’une utilisation non durable des ressources naturelles et énergétiques. Pour y parvenir et assurer l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD), les communautés villageoises ont besoin de solutions qui leur permettent de développer et d’investir dans de nouvelles formes durables d’accès à l’énergie, d’améliorer leurs moyens de subsistance et de mener des activités génératrices de revenus basées sur la gestion intégrée et durable des terres et des ressources naturelles dont elles disposent.

Pour réduire ces menaces sur les ressources naturelles, la Guinée a bénéficié d’un financement du FEM à travers le fond STAR (Système Transparent d’Allocation des Ressources), pour la mise en œuvre d’un projet intitulé : Gestion Intégrée des Ressources Naturelles dans le Paysage du Bafing-Falémé. L’objectif de ce projet est de promouvoir une gestion intégrée et durable des ressources naturelles en introduisant une approche paysagère, en créant et opérationnalisant une grappe d’aires protégées (Parc National de Moyen-Bafing, Réserve faunique et Forêts Communautaires) dans le Paysage BafingFalémé, et en mettant en place un concept d’écovillages autour des aires protégées. Pour atteindre cet objectif, le projet mettra en œuvre quatre composantes : (i) la gestion intégrée du paysage du Bafing-Falémé, (ii) l’opérationnalisation de la gestion des aires protégées et des zones tampons du Bafing-Falémé, (iii) la mise en place du modèle d’écovillage dans le paysage du Bafing-Falémé, (iv) l’intégration de la dimension du genre et de la gestion des connaissances. 

Ainsi dans la mise en œuvre du résultat 3, le projet se concentrera sur des solutions du changement climatique fondées sur la nature, par le biais de boisements communautaires afin d’accroître les « puits de carbone » de chaque écovillage et des villages avoisinant les forêts classées/communautaires.

De nombreuses espèces riveraines locales telles que Carapa procera (Gobi), Pseudospondias microcarpa (Ndologa) ou Syzygium guinense (Kaadio) constituent la galerie forestière qui évite l'assèchement des rivières. Malheureusement, ils sont partout en régression en raison de la mise en culture des berges et des grands fonds des rivières et des ruisseaux 

L’objectif global est d’aider les communautés à restaurer les berges et têtes de sources des rivières des villages, faciliter la disponibilité de l’eau et maintenir les services écosystémiques à travers la régénération naturelle assistées, la mise en défens et des plantations complémentaires.

Les objectifs spécifiques sont entre autres : i) mettre en defens 1 400 ha de berges et rivières des cours d’eau, ii) appuyer la régération assistée des espèces locales telles que Carapa procera (Gobi), Pseudospondias microcarpa (Ndologa) ou Syzygium guinense (Kaadio) constituent la galerie forestière qui évite l'assèchement des rivières, iii) réaliser des semis/plantation complémentaires du Carapa procéra, 

C’est dans ce cadre que le projet de Gestion Intégrée des Ressources Naturelles dans le Paysage du Bafing-Falémé lance un appel d’offre pour recruter des ONG locales disposant des compétences avérées en matière de protection des têtes de sources et des berges des rivières à travers les mise en défens, la RNA, l’installation des dispositifs anti-érosifs et des reboisements complémentaires.

Télécharger l'avis complet en PDF