SAP GUINEE: Avis de recrutement d’un Consultant national en Gestion de Bases de Données

Partagez et envoyez cette annonce à vos amis !
  PNUD

MINISTERE DES TRANSPORTS
*************************
DIRECTION NATIONALE DE LA METEOROLOGIE
*************************
PROJET : « RENFORCEMENT DES SYSTEMES D’INFORMATION CLIMATIQUE ET D’ALERTE PRECOCE POUR UN DEVELOPPEMENT RESILIENT ET L’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE EN GUINEE (SAP GUINEE) »

I.  Informations sur le Poste
Titre :  Consultant national en Gestion de Bases de Données

Projet : SAP Guinée

Lieu : Conakry avec des déplacements à l’intérieur du pays (si nécessaire)

Département : Programme Environnement et Gestion Durable du Capital Naturel

Superviseur : Coordonnateur National du projet SAP-Guinée

Niveau du poste : IC

Type de contrat : Consultant

Condition de travail : le consultant devra disposer de son propre ordinateur portable

Durée de la publication : 14 jours

Durée de contrat : temps plein étalé sur 90 jours ouvrables

II. Contexte Organisationnel

La Guinée est fortement exposée aux intempéries et aux impacts des changements climatiques. D’après le rapport du Centre National de Gestion des Catastrophes et Urgences Environnementales (CNGCUE) de Guinée, de 2001 à 2017, les inondations ont affecté, 181.921personnes, provoqué 20 décès, 200 blessés, 18703 déplacés, 4969 habitations détruites, 4426,05 ha de cultures affectés, etc. les évènements extrêmes se multiplient : forte hausse de température (avec près de 45°C à l’ombre à Koundara en 2018 et une moyenne de +0.25°C par normale), une baisse généralisée de la pluviométrie dans l’ensemble de la Guinée (plus de 40% attendue en 2100), des gelées de températures (Mali en 2014 et 2017). La Guinée occupe le 5ème rang mondial au point de vue nombre de jours d’orage par an avec une moyenne de 128 jours. Dans la plupart des préfectures de la partie nord de la Guinée, la sécheresse a affecté la disponibilité des ressources en eau et les activités agropastorales.

Tous ces impacts ont rendu difficile la gestion des secteurs de production qui dépendent des ressources naturelles, tels que l’agriculture, l’élevage, la pêche, les ressources minières et forestières. Ils ont également aggravé la difficulté dans la planification de la sécurité alimentaire, les épidémies, la gestion des ressources en eau et en particulier l’exploitation de barrages hydroélectriques. Les cours d’eau qui pourraient soutenir l’agriculture irriguée présentent une forte vulnérabilité au changement climatique et à la variabilité du climat.

Ainsi, Les risques de catastrophes climatiques telles que l’intensité et la fréquence accrues des sécheresses, des inondations, des orages et des érosions côtières induites par l’élévation du niveau de la mer sont des obstacles réels pour la réalisation des objectifs du PNDES et les objectifs ultimes de la Guinée Vision 2040. Pour y faire face et renforcer la capacité du pays à planifier l’adaptation à de tels impacts / événements préjudiciables, ce projet permettra de renforcer les systèmes d’alerte précoce existants (SAP) et améliorera la collecte et la transmission d’information sur le climat (IC). Un Système d’Alerte Précoce efficace et fiable et la production de l’information climatique fiable sont indispensables au développement de ce pays. Toutefois l’infrastructure obsolète, les technologies, les équipements et les ressources humaines insuffisants et inadaptés au niveau de la Direction Nationale de la Météorologie (DNM) et à la Direction National Hydrologique (DNH) constituent une barrière à la mise en œuvre efficace de ce système d’alerte.

Par ailleurs, la Guinée n’est pas encore outillée pour faire face aux évènements extrêmes conséquence du réchauffement climatique, notamment en matière de prévision d’alerte et d’adaptation au changement climatique. Sans ce système d’alerte précoce, l’économie nationale guinéenne, basée sur l’agriculture, l’élevage, la pêche et les mines sera fortement éprouvée.

Le but du projet est de soutenir l’objectif global d’accroître la résilience des populations les plus vulnérables en leur donnant les connaissances sur les prévisions météorologiques et des scénarii climatiques qui leur permettraient de prendre des mesures préventives contre ces éventuels impacts.

Ce projet, financé par le Fonds pour les Pays les Moins Avancés (FPMA) du FEM, va répondre à ces besoins. Un volet du projet servira à améliorer le suivi météorologique, climatique, hydrologique et environnemental. Un deuxième volet sera utilisé pour renforcer / développer des systèmes nationaux pour collecter, élaborer et diffuser efficacement les alertes et autres informations et données pertinentes pour soutenir les processus décisionnels en tenant compte des besoins des utilisateurs

C’est dans le cadre de la mise en œuvre de ce Projet que le Programme Environnement recrute un/une Expert(e) National(e) en Gestion de Bases de données pour appuyer la mise en œuvre des activités du projet.

Télécharger l’avis complet en PDF